20 novembre 2012

COMPTE-RENDU DE L'ATELIER DU 21 NOVEMBRE


Témoignage de Nicolas Sordello :

Je me connecte tard car à Tokyo il y avait la projection de mes films ce soir et je ne pouvais pas manquer la réception.
L'événement terminé, j'arrive sur la plateforme vers 23h30 il est 15h30 en France.

Je passe alors un moment avec Ophelia Smith 14 ans à Lyon, Lucile qui est dans sa chambre et Raphael depuis Paris. Nous discutons de vive voix lors d'une promenade dans l'île. 
Je parle faiblement car les murs de ma maison japonaise sont en bois très fin et chez moi tout le monde dort.
Nous proposons à Ophelia de lui faire découvrir les parcours de formation. Après quelques chute dans l'acide, beaucoup de glissades dans l'eau et quelques sculptures d'avatar!!(cf photo), nous terminons tous les parcours. Ophelia sait maintenant se déplacer, manipuler une caméra, modifier des blocs 3D. 
Nous visitons ensuite les classiques de cette année : le vaisseau et le circuit de voiture. 

Ophelia est un peu fatiguée, Lucile doit prendre son train, tout le monde se dit au revoir autour du bonhomme de neige punk fabriqué la semaine dernière avec Diamant Rose.








COMPTE-RENDU DE L'ATELIER DU 13 NOVEMBRE !

Témoignage de Nicolas Sordello :

"Lorsque je me connecte à l'île je rencontre Diamant Bleu, la maman de Diamant Rose 9,5 ans qui est à Trousseau. Nous discutons un moment tous les deux jusqu'à ce que sa fille se connecte. Lucile depuis Lyon fait également son apparition sur la plateforme. Je passe un long moment avec Diamant Rose nous faisons une grande promenade à travers l'île de Fenêtre sur chambre. 
D'abord dans le vaisseau ou Diamant aime passer du temps. Je lui explique que j'ai créé ce lieu l'année dernière avec les élèves de 4e d'Aubervilliers. Je m'assoie sur un banc construit par un enfant de Lyon et qui flotte là au milieu des arbres et nous parlons de tout et de rien. Je lui raconte les débuts de fenêtre sur chambre, ma vie au Japon, ma rencontre avec Raphaël, elle me parle de sa santé, d'où elle voudra vivre plus tard, qu'elle rentre enfin chez elle après 2 mois passés en chambre stérile. 
Comme lorsqu'on gribouille au téléphone et aussi pour animer notre conversation je construis devant elle un bonhomme de neige. Cela lui donne envie de me commander un paire de rollers. Nous nous rendons alors au circuit d'auto tamponneuses où je transforme une voiture fraise en patins à roulettes. Quelques tours entre les glaces et les hamburgers du circuit et nous nous disons au revoir. Je lui souhaite de bien profiter du dehors."




Témoignage de Lucile Haute :


"Ce mardi, Oktay, Jean et Kalvin seront disponibles dans l'après-midi.
Ynes m'informe qu'aujourd'hui, son après-midi est déjà chargée et propose que l'on se voit plutôt la semaine prochaine. 
Ophélia est de retour à l'IHOP. Elle n'a pas rapporté sa première clef donc je lui en donne une nouvelle. 

Comme d'habitude, le début d'après-midi est assez chargé pour les enfants. Seul Oktay est disponible avant 16h. Mais comme il sait qu'il doit rentrer chez lui le jour-même, il n'est pas très intéressé pour passer du temps sur Fenêtre. 

Je quitte donc le service en attendant les rendez-vous fixés ce jour : Jean vers 16h, Kalvin vers 17h30. Hélas, Nicolas ne sera plus connecté à une heure aussi tardive (nous avons 8h de décalage). 

Entre temps, je rencontre les instituteurs de l'ESEN (Ecole Spécialisée des Enfants Malades) qui me parlent de leur mission d'accompagnement de la scolarisation des enfants dans les différents étapes de leur maladie. Je leur présente Fenêtre sur Chambre, en précisant qu'il s'agit d'un projets d'artistes et non d'un contenu pédagogique. Ils me parlent en retour d'un dispositif de visioconférence mis en place en région lyonnaise. De retour chez lui l'enfant suit la classe depuis sa chambre tandis qu'un ordinateur est installé dans la classe et le présente. Il reste ainsi en contact avec ses camarades malgré l'isolement dû à sa condition physique. 

Lorsque je remonte auprès des enfants, c'est finalement Kalvin qui est disponible en premier. Toujours plein d'enthousiasme et d'énergie, Kalvin m'accueille une seringue d'eau à la main... 
"Hum. L'eau et les ordinateurs, ça ne fait pas bon ménage Kalvin !" 
Pendant que je me prépare, il sort son ordinateur, l'installe et l'allume. 
Kalvin, m'ont dit ses grand-parents croisés plus tôt, a été ravi de discuter longuement avec Nicolas la semaine précédente. Et d'autant plus qu'il était au Japon ! Il y avait quelque chose de magique à visiter ensemble un espace tout en étant séparés par une telle distance. 
"Alors Kalvin, qu'as-tu construit avec Nicolas la semaine dernière ? Tu me fais visiter ?
- On n'a pas construit. Moi je veut fabriquer une ville. 
- Et si on commençait par une maison ? Où est-ce que tu voudrais l'installer ? 
- Sous l'eau !"
C'est parti. J'assiste Kalvin dans la découverte de l'outil de construction. Cela demande d'être précis et attentif. Nous nous installons sous l'eau et commençons par construire un mur, puis le dupliquer, déplacer, assembler... Au bout de quelques minutes, un volume apparait. Nous tentons de piéger Robot-Robot dans le volume mais celle-ci s'échappe. 
L'effort de concentration devenant fatiguant, Kalvin décide d'aller se promener. Comme il part en flèche et me sème, il me téléporte à plusieurs reprise pour que je le rejoigne. C'est vraiment l'aspect social qui lui plaît. 
"Et il n'y a pas d'autres enfants qui se connectent ? 
- Plus tôt aujourd'hui, si, il y avant du monde. Je dois aller présenter le projet à Jean, qui est deux murs derrière toi. Tu vas sur le circuit des fraises-tamponeuses et on te rejoint ?"
- Ok." 
Mais le temps de quitter la chambre, rejoindre Jean et me re-préparer, Kalvin s'est déconnecté. Nous aurons tout de même passé près d'une heure ensemble sur Fenêtre. Kalvin maitrise maintenant les outils de communication (texte et voix) et a découvert l'outil de construction. 

Jean créé son avatar : Jean Diabloxneuf. Nous commençons par la visite classique de l'île : téléport du point d'arrivée vers la place, visite du magasin. Nous en profitons pour voir comment changer l'apparence de l'avatar. Jean choisit le cotume de iron man disponible dans le magasin et le porte aussitôt, puis fait disparaitre l'avatar afin que ne soient visibles que les éléments de l'armure.
Nous continuons la visite : direction le circuit des strawberrycars-tamponeuses. Après quelques vols-planés depuis les rampes de lancement en chocolat, l'application quitte sans explication. Jean se reconnecte. Son ordinateur s'avère ne pas être assez puissant pour une navigation fluide. Je prend la main sur sa machine et... constate qu'il est vraiment motivé pour avoir pu arriver jusqu'ici ! Entre la limitation de l'ordinateur et l'absence de souris, Jean ne bénéficie pas de conditions idéales. Je lui propose de lui apporter un nouvel ordinateur la semaine suivante, l'un de ceux fournis par Art dans la Cité à l'IHOP. Nous continuons encore l'exploration quelques minutes mais vu les conditions techniques, je ne lui présente pas l'outil de construction."